DROITS DES ENFANTS

L’HISTOIRE DU PROJET :  (page en développement)

index.1.jpg (1099 octets)

Les questions de départ :

Dépasser les effets d’annonce qui accompagnent souvent les initiatives autour des TIC.

Quelles activités mettre en œuvre qui utilisent les TICE sans glisser vers des dérives technicistes où l’utilisation des machines pour elles-mêmes occupe l’essentiel des tâches proposées aux enfants ?

Partant du constat souligné par plusieurs recherches que celui qui apprend le plus dans un multimédia c’est le réalisateur, comment laisser aux enfants la plus grande part dans le travail de création tout en restant dans un cadre réaliste pour un contexte scolaire.

Comment, donc, parvenir à une réelle intégration des activités TICE dans le cursus normal de la classe sans mettre en péril les objectifs globaux assignés par les textes officiels ?

Éviter, comme c’est souvent le cas, que l’essentiel de la réalisation soit le fait de l’enseignant.

Enfin et surtout donner du sens aux activités des enfants et engendrer des apprentissages véritables en s’appuyant sur les spécificités de ces outils et de ces techniques pour améliorer et faciliter ces apprentissages.

Pourquoi ce texte ? :

Il nous semble utile dans la phase expérimentale de garder une mémoire de ce qui est entrain de se réaliser, afin de pouvoir disposer d’un maximum d’éléments pour étayer une réflexion sur les objectifs, les résultats escomptés et les effets obtenus.

 

DESCRIPTION DES DONNÉES DE DÉPART

 

Le projet :

 

Une proposition de l’association Eurosesame pour une visioconférence avec Blois et Rome sur le thème des droits des enfants avec, entre autres supports, une série de films d’animation canadiens édités par " paradoxe ", " droits au cœur ", une affiche de l'UNICEF sur la convention de 1959.

Cette proposition intervient à la suite d’un stage " correspondance et nouveaux médias " et d’un projet de correspondance d’Agnès et de sa classe de CM1 hébergé entre autres sur le site de l’association (les pages avaient été réalisées lors du stage).

 

Les élèves ont déjà travaillé sur ce thème et l’enseignante voit dans cette proposition l’occasion de réactiver le travail déjà commencé elle envisage avec intérêt et curiosité l’expérience. Les élèves se rendront dans les locaux de l’université Paris 3 dans la salle de visioconférence un samedi matin en dehors des heures de cours, accompagnés de certains parents et de leurs maîtresses.

 

Pour préparer la séance, une affiche composée des dessins et de poèmes créés par les élèves illustrant les dix principes de 1959 est réalisée. Une série d’activités est envisagée qui permettra de poursuivre au-delà de l’expérience de visioconférence et vise à intégrer le moment "spectaculaire" de la visioconférence à un projet plus construit.

Les élèves sont prêts à découvrir leurs interlocuteurs et l’épisode de la visioconférence relance une dynamique de motivation chez les enfants.

 

Au cours de celle-ci une activité centrée sur une vidéo extraite de la série " droits au cœur "est projeté et , après le visionnage d'extraits du film d'animation, un travail est proposé aux enfants à partir de vues fixes extraites du film.

Les enfants réagissent sur le sens global du film, associent les images extraites aux droits qu’elles illustrent. Ils échangent ensuite sur la hiérarchie des droits de leur point de vue.

 

L’idée de la réalisation d’un CD ROM est évoquée au même titre que celle de mettre certaines des créations sur le site d’Eurosésame. Ces différents supports sont censés entretenir la motivation des élèves qui pourront y retrouver leurs créations.

Du point de vue de la démarche pédagogique, l’intégration de moyens modernes d’information et de communication vise à proposer aux élèves une " plate forme " valorisante qui servira de recueil aux divers travaux, réalisés localement ou par les autres " pôles " de l'initiative.

Le CD-ROM est censé être le but et le témoignage du travail réalisé. Il  permettrait également d’expérimenter " en grandeur réelle " l’étendue et les limites de ce qui peut être entrepris avec les enfants dans le domaine de l’utilisation des TIC dans un cadre scolaire.

Quelle place peuvent-ils occuper dans ce domaine ?

De quoi sont-ils capables?

Quels choix faire dans les tâches à leur proposer?

Quelles compétences leur faire acquérir?

Quelle place pour un tel projet dans le cadre du déroulement normal du travail de la classe?

Comment mettre réellement et concrètement ces techniques au service des apprentissages ?

 

Des conditions très favorables.

 Les conditions de réalisation de ce travail sont sans nulle doute exceptionnelles, le projet va cependant s'étendre à des classes "moins favorisées" de la ZEP de Carrières sous Poissy afin de vérifier les paramètres de la faisabilité de ce type de projets dans des contextes différents.

LA CLASSE :

Expérience :

CM1 du lycée international, elle a déjà travaillé sur le projet des loups, et possède donc une expérience dans le domaine du travail sur projet. Les ordinateurs, Internet sont des outils avec lesquels les enfants ont pu se familiariser lors des diverses activités menées dans le cadre de ce projet.

"Sociologie" :

C’est également une classe motivée, capable d’autonomie et de créativité.

Le milieu social est très favorisé. La majorité des enfants disposent d’un ordinateur et connaissent l’Internet. Des enfants d’origines nationales très diverses (….)

Cette diversité de nationalités est sans doute un atout pour une ouverture à la dimension planétaire des problèmes, bien que leur vision du monde risque d'être très "occidentale".

Compétences techniques :

Aucun cependant n’a encore manipulé un logiciel de création Hypermédias. Ils savent en revanche gérer le travail sur ordinateur, créer, sauvegarder un dossier dans la partie du disque réservée pour eux à cet effet, le maniement de la souris ne pose de problème à aucun.

Attitudes :

Du point de vue du comportement, c’est une classe active, composée de nombreux enfants capables d’initiatives, ouverts aux problématiques qui dépassent le cadre strictement scolaire.

L’ENSEIGNANTE :

Très motivée, et très impliquée dans le travail avec sa classe.

Sa pratique s’appuie sur des démarches qui ont recours aux  méthodes actives. La responsabilité dévolue aux enfants dans les tâches qui leur sont confiées est importante.

Elle est également disponible à la mise en œuvre d’activités innovantes.

Sa démarche repose sur une réflexion informée quant à la place des technologies dans son enseignement.

Elle possède des compétences techniques qui lui permettent d’aborder sans anxiété des activités qui mettent en jeu des techniques ou des outils nouveaux.

L’ÉCOLE :

Sise dans le lycée International de Saint Germain en Laye, elle dispose d’une salle informatique équipée de 16 ordinateurs Mc Intosh en réseau, d’un scanner et plusieurs des machines disposent du logiciel Hyperstudio (acheté à la suite d’un stage suivi par une des enseignantes à l’IUFM).

La classe de 8D dispose également de 3 ordinateurs PC bas de gamme sur lesquels les enfants peuvent entrer leurs textes.

LES COLLABORATIONS EXTÉRIEURES :

Eurosésame et Robert et Yvette Valette qui après avoir participé à l'animation du stage "correspondance et médias" de Mai 1998 ont poursuivi les contacts avec l'enseignante et l'ont contactée pour ce projet de visioconférence sur les droits de l'enfant qui s'est poursuivie par le projet de CDROM sur les droits de l'enfant.

Ils apportent également une bonne partie du soutien technique et contribuent fortement à ranimer les volontés défaillantes.

Paris 3 : Qui a accueilli la visioconférence.

Céline et les autres….: des collaborations multiples d'adultes qui à un moment ou à un autre viennent apporter leur contribution au développement du projet de la classe.

 

Céline, infographiste professionnelle,  mère d'élève qui vient prêter main forte lors des séances en salle informatique.

Une autre mère d'élève qui va mettre la classe en relation avec des enfants du Burkina Fasso....

Une maman japonaise qui viendra initier les enfants à la calligraphie japonaise et leur permettra d'écrire le mot enfant en japonais....

Toutes ces collaborations, au delà de leurs spécificités, concourent à donner au projet une dimension sociale et accroître la motivation des élèves, leur sentiment que ce travail a une importance pour eux et pour d'autres.

Suite au stage départemental " correspondance et nouveau médias " engagement avait été pris par le PIUFM d’apporter une collaboration aux projets qui en manifesteraient le besoin.

Le groupe s’était également mis d’accord pour " réagir ", si les conditions en étaient remplies, à des sollicitations extérieures sur des projets de correspondance, des initiatives proposées par d’autres.

(Il apparaît que les liens informels conservés par stagiaires et formateurs peuvent être à l’origine d’initiatives et de mise en œuvre des contenus du stage.)

C’est ainsi qu’à la suite de la sollicitation de l’association " Eurosésame ", le travail avec la 8è D a été décidé.

La possibilité de mettre les enfants en contact avec des intervenants extérieurs qui peuvent apporter une aide technique ou autre au projet nous semble être un atout.

Dans ce cas l’aide a consisté à aider l’enseignante à " revoir " les utilisations de base du logiciel, à envisager ensemble la faisabilité du projet et les options à choisir pour parvenir aux objectifs fixés.

Une ou plusieurs séquences sont envisagées avec les élèves pour les familiariser avec le logiciel et ne pas laisser l’enseignante aux prises avec des difficultés techniques secondaires qui mettraient le projet en péril.

 

Mai 98

Stage SGB 7

Correspondance

Formation sur

Internet, Hyperstudio, vidéo, son etc…

À partir de mai

Le " journal en ligne du stage " est hébergé sur le site Eurosésame, avec quelques difficultés.

Groupe informel sur Internet les relations se poursuivent au-delà du stage.

Certains projets se mettent en place et progressent

 

" Les loups " se développe

Nov

Échanges informels depuis le Mexique avec la classe d’une ancienne élève, les échanges se poursuivent.

 

Échanges informels entre les enseignantes et eurosésame, avec l’IUFM.

févrierMars

Proposition de visioconférence sur les droits de l’enfant.

Mise en place

 

Réalisation d’activités dans la classe autour du thème, réactivation des travaux précédents.

Messages envoyés sur liste de diffusion pour sites droits des enfants

samedi 22 mars 99

Participation à la visioconférence à Paris.

samedi

Rappels techniques sur l’utilisation d’HS et numérisation des dessins des enfants. (à l’IUFM)

 

Jeudi

Micro formation à l’intention des enfants sur HS réalisation d’une micro pile (notions de pile, carte, objets textes, boutons, graphiques, sons, circulation dans la pile) (2.30)

 

Poursuite du travail par l’enseignante, formalisation des objectifs

Avec la classe : message de réponse, bilan de la séance de la veille…

Mardi

Adultes : fixer les prochaines étapes, déterminer la démarche pour achever la réalisation assez vite.

 

Réunion de préparation de la séance du lendemain, éléments techniques et concertation sur les objectifs pédagogiques de la séance et du projet à plus long terme. (Quelle part pour les enfants dans la réalisation) ?

Vérification du fonctionnement du matériel et installation du logiciel sur les machines qui en sont dépourvues.

Création d’un dossier par groupe d’élèves sur le disque dur du serveur.

   

Jeudi 1

Première séance info :Rappel les objectifs globaux, échange sur les finalités.

Passage à la salle informatique, les objectifs de la séance sont avant tout techniques. Il s’agit de donner au plus vite les rudiments de base de l’utilisation du logiciel.

La réalisation d’une " micro-pile " les élèves intègrent la notion de pile, de carte, de fond, " d’objets " texte, bouton, graphique.

Ils créent deux cartes, le bouton pour circuler de l’une à l’autre.

Ils se concentrent ensuite sur le contenu de la première destinée à recevoir le texte du principe qu’ils ont choisi et une deuxième texte où ils expliquent les raisons de leur choix.

Lors de cette séance ils alternent le travail à l’ordinateur (où ils ont dans un premier temps beaucoup besoin des adultes) et le travail consacré à la rédaction (poèmes, ou textes).

Motivation :

Apprentissages :

Richesse du contenu :

   

Mercredi 7

Petite séance :

Poursuivre le travail sur la pile, réduire le temps de production.

Nous évoquons également les moyens de contacter des correspondants qui pourraient nous envoyer des informations sur les droits des enfants ailleurs, nous faire part de points de vue différents.

Intégrer une image, copier coller un objet, intégrer un son.

Les enfants poursuivent également leur travail de rédaction.

  l'historique du travail viendra prendre sa place ici, les enfants prennent en charge la rédaction....